Les temps forts de la 1ère journée

La journée de lancement de l’opération « Mobilisation Nationale Cancer du Rein » a permis, pour la première fois, de réunir l’ensemble des personnes impliquées dans la prise en charge du cancer du rein en France : chercheurs, médecins, chirurgiens, autorités de santé, institutionnels, patients, journalistes, politiques, industriels…

Trois thèmes avaient été choisis : Épidémiologie et dépistage, Recherche et Parcours de soins. Chacun de ces thèmes a fait l’objet d’exposés d’introduction puis de discussions parfois passionnées.

Thème Épidémiologie & Dépistage

Différents points ont été abordés :

  • Le cancer du rein est en augmentation avec un doublement du nombre de cas depuis les années 80. Certains facteurs de risque ont d’ores et déjà été mis en évidence : L’âge (risque multiplié par 3 entre 50 et 70 ans), le sexe (risque multiplié par 2 chez les hommes), le tabagisme (risque augmenté de 20 à 50%), l’obésité, l’hypertension, les antécédents familiaux mais aussi l’insuffisance rénale chronique. D’autres restent à découvrir, notamment les facteurs de risque environnementaux.
  • A ce jour, en dehors des cas familiaux très spécifiques, aucun dépistage systématique du cancer du rein n’est organisé en France même s’il serait techniquement possible par échographie. L’opportunité d’un tel dépistage est aujourd’hui polémique : certains intervenants ont milité pour son organisation arguant du bénéfice important à traiter une tumeur du rein avant l’apparition des métastases, d’autres ont souligné la nécessité d’évaluer au préalable son efficacité et de mesurer ses bénéfices mais également ses éventuels inconvénients en termes de morbi-mortalité.

Thème Recherche

Les participants à la table ronde ont souligné les points suivants :

  • La prise en charge de la maladie cancéreuse en général et du cancer du rein en particulier va être bouleversée dans un futur proche par le développement de la médecine personnalisée.
  • Pour faire avancer la recherche rapidement au-delà de la science elle-même, les axes de travail pourraient être :
    • La fédération des acteurs : chercheurs académiques, industriels du médicament, patients, politiques, agences réglementaires…
    • La facilitation de l’accès aux prélèvements biologiques : le développement de l’accès aux informations génétiques, moléculaires est devenu indispensable à la recherche d’aujourd’hui … L’obtention de ces données est encore aujourd’hui extrêmement complexe en France car elles n’appartiennent à personne (ni aux patients, ni aux chercheurs, ni aux médecins). L’engagement des patients dans les comités de protection des personnes pourrait faire avancer l’idée que la régulation collective peut parfois se substituer à la régulation individuelle.
    • L’amplification du profilage moléculaire mais aussi de la bio-informatique : développement de bases de données, développement de la capacité à les interpréter ;
    • Le partage des données ;
    • Le développement d’un nouveau schéma économique à même de financer la recherche en évitant les gaspillages ;
    • L’encouragement des patients à participer aux projets de recherche, condition pour pouvoir être traités aujourd’hui avec les médicaments qui seront mis sur le marché dans les 5 ans à venir.

Thème Parcours de Soins

Formaliser le parcours de soins a notamment pour objectif de garantir aux malades une égalité des chances quel que soit le territoire de santé où ils résident. Les patients doivent ainsi pouvoir bénéficier des circuits courts pour la prise en charge diagnostique puis pour la construction et la mise en œuvre d’un plan personnalisé de soins pluridisciplinaire.

Dans le cadre du cancer du rein, les points suivants ont été abordés :

  • Le besoin de spécialisation tant des chirurgiens que des oncologues. Ainsi, par exemple, les traitements médicaux actuels sont peu utilisés dans d’autres cancers et sont donc assez mal connus des « oncologues généralistes » ; l’un des axes de travail à envisager pourrait être la réflexion sur la dissémination des compétences des centres experts.
  • La nécessité d’une identification tant dans l’organisation des soins que dans les modes de financement de la gestion « à distance » de traitements ne nécessitant aucune hospitalisation ;
  • L’obligation d’une structuration de la pyramide d’accès aux soins afin que l’ensemble des malades puisse bénéficier des meilleurs recours et le rôle fondamental que les associations de patients pourraient avoir dans ce sens ;
  • L’utilité qu’il y aurait à améliorer l’intégration des médecins généralistes dans la surveillance.

FILM MOBILISATION

La 1ère journée de Mobilisation Nationale Cancer du Rein a eu lieu le 26 novembre 2015 à l'Institut Pasteur. Cette journée de lancement a permis pour la première fois de réunir l'ensemble des personnes impliquées dans la prise en charge du cancer du rein en France : chercheurs, médecins, chirurgiens, autorités de santé, institutionnels, patients, journalistes, politiques, industriels... Trois thèmes avaient été choisis : Épidémiologie & Dépistage, Recherche et Parcours de soins.